A Dutch slave auction in New Amsterdam, the future New York.

Click on the image to see it larger


LES ETATS UNIS - Automne 2004

Le contexte historique
L'histoire des Etats-Unis est, bien sûr, profondément marquée par le trafic d'esclaves. Voici juste trois points que nous devons considérer pour les plans de l'Expédition Lifeline aux Etats-Unis:

1.Tout d'abord, la richesse des colonies était due, pour une grande partie, à leur succès dans le commerce. Le commerce négrier américain était, comme le commerce européen, triangulaire. Son point de départ se situait dans le Massachusetts et Rhode Island avec la production de rhum à partir de la mélasse. Au milieu du 18ème siècle, il y avait 63 distilleries, dans la région de Boston seulement. Le rhum était transporté vers l'Afrique de l'Ouest et échangé contre des esclaves. Ceux-ci étaient alors emmenés vers les Antilles françaises où ils étaient échangés pour de la mélasse qui était, bien sûr, produite par des esclaves. La citation suivante le montre bien:

"C'était la richesse accumulée à partir du commerce des Antilles qui, plus qu'autre chose, a été à la base de la prospérité de la Nouvelle Angleterre et des Middle Colonies."
(Pitman 'Développement des Antilles britanniques' p vii, 1917.)

Au moins 934 navires ont quitté les ports de Rhode Island pour l'Afrique de l'Ouest dans la période entre 1730 et 1805. Boston avait 469 navires consacrés au trafic d'esclaves en 1749.

2. Deuxièmement, il est rare qu¹on se rende compte combien l¹indépendance américaine est liée à la rivalité qui sévissait dans le commerce négrier. Les Britanniques étaient jaloux du succès des colons américains et furieux que ceux-ci traitent avec leurs rivaux français. Ce commerce fut interdit par la Loi sur la Mélasse en 1733 et à nouveau par la Loi sur le Sucre en 1764. La rancune produite par ces lois et le fait que des vaisseaux britanniques essayaient de gêner les navires américains qui transportaient la mélasse fut une cause majeure de la Guerre de l'Indépendance. Comme John Adams, le second Président des Etats Unis, l'a dit,

"Je ne sais pas pourquoi nous devrions avoir honte de dire que la mélasse fut un ingrédient essentiel dans l'indépendance américaine."
(‘uvres de John Adams vol x, page 345)

3. Troisièmement, il y a aussi les conséquences de l'esclavage dans les plantations des états du sud et les cicatrices de la Guerre Civile.

Points à considérer pour l¹Expédition Lifeline aux Etats Unis.
- Vu ce qui précède, il serait certainement juste de visiter Boston et d¹autres anciens ports négriers dans le nord-est, en faisant une procession d¹esclaves, avant de nous rendre dans les états du sud. Nous avons besoin de conseils pour savoir quels sont les endroits les plus appropriés à visiter. La James River et Richmond sont évidemment importants. Une marche enchaînée à partir d¹un port (peut-être Charleston), suivant une route intérieure qui aurait été empruntée par des esclaves, pourrait être très significative.

- Le voyage dans sa totalité pourrait durer 3 ou 4 semaines

- Comme d'habitude, notre but est d'avoir une représentation variée d'Africains, d'Africains de la Diaspora et des personnes venant de nations jadis impliquées dans le commerce négrier.

- Notre objectif serait probablement de faire ce voyage en automne 2004. Y a-t-il des célébrations particulières en rapport avec l'esclavage et auxquelles nous pourrions nous joindre ?

Besoins
Afin d'accomplir les buts de l'Expédition mentionnés plus haut et de satisfaire aux exigences des Etats-Unis, voici quelques-unes des ressources dont nous aurons besoin:

1. Un coordinateur national qui développe le projet et organise le programme du voyage. Joseph Zintseme de JEM Richmond cherche en ce moment des partenaires pour l'aider à remplir ce rôle. Il a une expérience précieuse dans le domaine de la réconciliation et il a déjà emmené des Africains américains en Afrique de l¹Ouest.

2. Des organisateurs locaux dans chaque endroit où nous devons aller, pour s'occuper du logement, des visites d'écoles et autres événements.

3. Partenariat avec d'autres organisations pour accomplir la tâche. Il faudra beaucoup de sagesse et de prière pour discerner les groupes auxquels nous pourrons nous joindre. En Europe, notre groupe de base comprenait des représentants du Mali, du Ghana, du Cameroun, de la Martinique, de France et d'Angleterre. Aux Etats-Unis, il est essentiel d'avoir une représentation Afro-américaine.

4. Un groupe de supporters individuels. En Angleterre, nous sommes actuellement en train de former un tel groupe en utilisant le concept de "Compagnons du voyage". Par ce moyen, nous espérons avoir un minimum de 300 personnes qui prieront régulièrement et contribueront également sur le plan financier. Ceci pourrait être aussi enclenché aux Etats Unis avant notre arrivée et poursuivi pendant que l'Expédition accompli son parcours.

5. Par-dessus tout, nous avons besoin de sagesse et de grâce et de la puissance de Dieu sans lesquelles nous ne pouvons pas faire un pas en avant.

Pour plus de détails, contactez: David Pott, Lifeline Expedition, 58 Geoffrey Rd, LONDON SE4 1NT Grande Bretagne Tel:0044 208 694 2220 Email: lifelinex@fountaingate.co.uk

Joseph Zintseme, Email: ywamafro@aol.com

Retour à la carte.


© L'expedition Lifeline 2003